PHOTOS

Le Comité de Compétitivité en images

Rapport sur la compétitivité globale 2014-2015 du Word Economic Forum

Le Comité de Compétitivité, Institut Partenaire du Global Competitiveness and Benchmarking Network du World Economic Forum, a le plaisir de présenter le Rapport global sur la compétitivité, édition 2014-2015. Il en profite pour remercier les chefs d’entreprises qui ont pris part à l’enquête d’opinions de la dernière édition en communiquant des informations pertinentes et fiables en vue de la rédaction du présent rapport.

Depuis plus de trois décades, le World Economic Forum (WEF) publie un Rapport annuel qui examine et croise un certain nombre de facteurs susceptibles d’influencer la compétitivité et la croissance des pays. L’importance du Rapport global sur la compétitivité réside dans la production d’indicateurs de benchmarking destinés à (i) mettre en lumière les principaux obstacles liés à l’environnement qui entravent la compétitivité et la croissance des économies des pays et (ii) stimuler la discussion sur la formulation et la mise en œuvre des stratégies devant permettre de les lever. Il offre une vision homogène des difficultés que les pays classés doivent surmonter pour jeter ou asseoir les bases d’une croissance et d’une prospérité durables.

Le Rapport global sur la compétitivité 2014-2015 estime que la santé de l'économie mondiale est en danger, les rédacteurs jugent insuffisante la progression de l'adoption et la mise en œuvre des réformes structurelles nécessaires pour favoriser une croissance économique durable et inclusive. Il ressort de ce rapport les principaux éléments suivants :

i) Le rapport 2014-2015 couvre 144 économies contre à 148 pour la précédente édition. En effet pour des raisons de disponibilité de données les pays suivants ne font pas partie de l’étude : Benin, Bosnie-Herzégovine, Brunei Darussalam, Equateur et Libéria. Le Tadjikistan, par contre, a été réintroduit après son absence dans le rapport 2013-2014.

ii) Comme en 2013-2014, le Top 10 des économies les plus compétitives n’a pas varié. Il reste dominé par les pays de l’Europe de l’ouest (6 pays européens, dont 3 de la zone euro) et quelques tigres asiatiques menés par Singapour. Pour la sixième année consécutive, la Suisse demeure en tête du classement mondial des économies les plus compétitives tandis que Singapour conserve sa deuxième place. Les Etats Unis, grâce notamment à des gains en matière d’innovation et de gouvernance, progressent pour la deuxième année consécutive et se retrouvent au 3ème rang. La Finlande (4ème) et l'Allemagne (5ème) perdent chacune une place.

iii) Parmi les Etats-membres des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), qui connaissent un certain essoufflement de croissance, la Chine (28ème) a gagné une position par rapport à l’année dernière et reste de loin l’économie la plus compétitive du groupe devant la Russie qui a progressé de 11 rangs (53ème contre 64ème), alors que les autres ont reculé dont Afrique du Sud (56ème contre 53ème), le Brésil (57ème contre 56ème) et l’Inde (71ème contre 60ème) ;

iv) En Afrique, l’Ile Maurice (39ème), en gagnant six positions, consolide sa place de leader des pays les plus compétitifs d'Afrique devant l'Afrique du Sud (56ème), le Rwanda (62ème) et le Maroc (72ème). Le Nigéria, 1èreéconomie africaine en terme de PIB, a reculé cette année de 7 positions pour se retrouver au 127èmerang mondial des économies compétitives ;

v) En Afrique centrale, le Gabon demeure leader dans la sous-région et passe de la 112ème à la 106ème place au niveau mondial. Le Cameroun, par contre, recule d’une position et occupe le 116ème rang tandis que le Tchad qui était au dernier rang gagne une position et devient 143ème sur 144 pays étudiés.